IL ETAIT UNE FOIS LE BAHUT...

 

 

 

Once upon a time (au XVe siècle), à l'emplacement de feu le collège "le BAHUT !!!", existait un château flanqué de tours et entouré de murailles épaisses. C'est à cette époque que fut construite une petite chapelle à l'emplacement de la pièce qui a servi de bureau au surveillant général du collège.

Cette place forte fut par la suite couvent avec église paroissiale, palais de justice, prison, caserne et poudrière, institution libre puis collège officiel avant de devenir, à l'ouverture du Lycée actuel, musée.

 

Au début du dix VIIe siècle, des travaux importants transformèrent la vieille bâtisse en résidence comprenant entre autres la "grande salle" assez vaste pour que les Etats du Vivarais aient pu y tenir leurs séances en 1612.

Furent aménagées également de nombreuses chambres richement tapissées, une importante batterie de cuisine, un jeu de "bilhard".

 

Cette demeure seigneuriale constituait la dot de Paule de Chambaud, fille de Jacques de Chambaud qui avait acheté la baronnie de Privas aux héritiers de Diane de Poitiers. Paule de Chambaud épousa René de la Tour-Gouvernet.

Ce dernier mourut en 1717 dans la guerre du Piémont et sa veuve fut bientôt courtisée par un catholique, Claude de Hautefort de Lestrange, vicomte de Cheylane, et d'autre part par le chef des protestants du Vivarais, Joachim de Baumont, connu sous le nom de "brave Brion" ; le propre gendre de la protestante Paule de la Tour-Gouvernet.

Les prétendants engagèrent une lutte de plusieurs années qui attisa la confrontation entre catholiques et protestants, Paule de la Tour-Gouvernet devant épouser le catholique Claude de l'Estrange qui finit par l'emporter dans ce duel matrimonial .Au cours de la guerre on assista au sac du château.

Pour finir la ville sera détruite en 1629 sous l'assaut de Louis XIII et Richelieu ; Privas se videra sur ordre du roi, la peste d'ailleurs secondant la volonté royale.

En 1638, année de la naissance de Louis XIV, Marie de Hautefort de Lestranges, la fille aînée de Paule de Chambaud et de Claude de Lestranges, épousa Charles de Senneterre, marquis de Chateauneuf, qui devient par son mariage vicomte de Lestranges et de Cheylane, baron de Boulogne et de Privas. Les époux résidèrent au château de Boulogne, dont les ruines, un peu à l'écart de la route nationale qui descend de l'Escrinet en direction d'Aubenas, suscitent encore une légitime admiration.

Charles de Senneterre, vaillant soldat pensionné par Louis XIII pour services rendus à la couronne et homme d'une grande piété, après avoir obtenu réparation pour les dommages causés à son château par les privadois, fit venir des Récollets à qui il fit donation dudit château par acte enregistré au château de Boulogne le 13 Juillet 1663. Les Pères Récollets recevaient en outre 8000 livres pour remettre en état les bâtiments. L'installation des moines fut accompagnée de mesures restreignant sévèrement l'exercice du culte de la "Religion prétendue Réformée", religion de la plupart des privadois.

A la fin du XVIIe siècle, grâce à la générosité renouvelée de Charles de Senneterre, le couvent qui s'appellera "Saint Charles des Récollets" peut accueillir plus de moines, et la chapelle (qui a survécu aux siècles) est pratiquement achevée ; ouverte à la population, elle est promue deuxième église paroissiale de Privas. Le petit fils de Charles de Senneterre repose peut être avec son fils dans le sol de la chapelle, mais le mystère continue de planer sur ces inhumations.

 

 

Page suivante : "Les locaux sous la révolution et les débuts du Bahut".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Prisons (portail bleu)... notre BAHUT est "place des prisons"...

Les prisons sont "place des abattoirs"... qui sont eux mêmes "place du collège"... quel est de ces trois bâtiments celui qui a la meilleure (ou plus mauvaise) adresse ???

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AH, cette "montée du collège...

C'était un bon échauffement physique avant les cours...

Le Samedi on traversait le marché aux boeufs...

 

 

 

 

 

 

 

 

Certains pour "adoucir la pente" passaient par la rue Hélène Durand… ou par la rue des Primeurs qui se faufile à droite entre les deux maisons... à gauche en contrebas on aperçoit la rue des Récollets ....

 

 

 

 

Au bas de la montée du collège se trouve aujourd'hui le bar "le Saint Louis"...

Il porte le nom de l'ancienne église paroissiale... mais l'accueil n'y est pas religieux...

 

 

 

SOMMAIRE BAHUT

 

PAGE SUIVANTE

 

NON , pas religieux !!!

 

0 0 US.jpg

 

 

0 0 PIERRE.jpg

 

 

             

     A la manière " Melting pot " toutes les pages de notre Site

 

http://cercledeseleves.e-monsite.com/

 

                                   

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !