Le Comte des Lumières

 

 

                   artifice 20        

 

           Emmanuel de Launay Comte d'Antraigues

 

                              " Le beau conjuré "   

 

Lights

                  

                    Rédacteur et réalisateur Jean -Paul Perrier du " Chemin de nos Ecoles " Chemin ade Privas .

            

                                                

          Suite à un entretien avec Monsieur Henri Brun sous un arbre de la place d'Antraigues

 

 antraigues-ouiii-046.jpg

 

 

                                       Pour leurs renseignements précieux et sympathiques

                                                                  remerciements à :                                             

 

                                           Hélène Terrisse des Allevards , institutrice de l'Education Nationale

 

antraigues-ouiii-034.jpg

                                                                           photo Jean - Paul Perrier 

  

                                                                Henri Brun " homme de lettres de la Place de la Résistance "

 

img189.jpg

                                                              Jean de Volane l'éditorialiste et défenseur du village

 

jean-de-volane.jpg

                                         Joëlle  Dumont Philip de la vallée du Mas et de l'ancienne cure d'Antraigues

 

img182.jpg

                                                                  Jeannot du Village l'ami de Jean Ferrat

 

img149.jpg                            

                                           Paul Mazade " l'incendiaire " gardien du château d'Antraigues

 

img190.jpg 

       

                                                                         Barnes ( London ) tourist office

 

barnes-2.jpg

                    

 

 

 

  

 

                Jeudi 25 Mai 2017salle des fêtes d'Antraigues sur Volane

 

                 " Conférence " sur le Comte d'Antraigues

 

 

 

                                                                                      Le Comité de salut public

 

 

                                     Comted antraigues 017

 

       Trois garçons  au demeurant fort sympathiques et démocrates dans la vie mais trés " remontés " contre le Comte...

 

                                                                                  

                                                                            Parole à la défense

 

    représenté par le " parpaillot " avocat du " beau conjuré "

 

                                                                                       

 

" Ce noble aux idées nouvelles , ami du peuple de la Bezorgues et de la Volane , élu aux Etats Généraux n'eut pas le choix . Comme tous les nobles , bons ou mauvais , afin d'éviter la guillotine promise il s'exila ... comme l'auraient fait les inquisiteurs d'aujourd'hui s'ils avaient été nobles "

 

                                                                            Et nous buvons à sa mémoire  "

 


 

                 artifice 47La vie d'Emmanuelartifice 47

 Antre eauxet puis

 Emmanuel - Louis Henri de Launay naquit à Montpellier le 25 Décembre 1753 . Son parrain fut " Messire Henri de Roux ,comte de Treslau " ( diocèse de Viviers " , sa marraine fut " haute

sante Dame Louise Sophie Jacqueline de Barral " , épouse de " haut et puissant seigneur Jean Emmanuel de Guignard " , vicomte de Saint Priest et conseiller du roi .

     Ce fut là une belle entrée dans le monde pour un destin pour le moins original qui devait trouver une fin tragique et mysterieuse " là - haut chez les Anglais " .

 

                                             

 

 

seigneurs.gif .

 

La Renaissance puis Henri IV adoucirent les moeurs et les irascibles seigneurs pillards

manu.jpg

              

               

                                                                     Le 25 Décembre1753 naissait 

                   Emmanuel , Jules , Henri de Launay

                                                                 fils ainé de

                 Jules de Launay Comte d'Antraigues

 

de-launay-pere.jpg

 

                                                                  et de

                Sophie Guignard de Saint Priest .

 

 

sophie.jpg

 

Emmanuel grandit au château de la Bastide d'Antraigues ; celui - ci est représenté  juste aprés son incendie commis par un " commando " venu d'Antraigues commandé par le sieur Mazade ancétre de notre actuel sympathique "incendiaire par descendance " et gardien par rédemption du château de la place .                          Pensees incendiaires                                                     

 chateau.jpg                                                                                 Archives Henri Brun

         " Il y avait un beau château lahère il y avait un beau château laho ... "

 Son enfance eut pour cadre ce château de La Bastide et le grand domaine attenant fait de la montagne , des forêts , des rivières ... Il eut une éducation basée sur la connaissance de la Nature , des Arts , des Lettres et de la religion . Son principal précepteur fut l'abbé Meydieu . Ses cours terminés Emmanuel sortait du château  pour rencontrer le voisinage ; il était connu dans toutes les fermes et les maitresses de maison ne manquaient aucune occasion de lui faire plaisir . Sa connaissance du peuple et l'attitude de celui - ci envers lui expliquent en grande partie ses prises de position d'avant garde du début de sa carrière politique .

Précoce dans ses amours il aima la jolie lingère du château Marianne André dite " La belle Henriette "

artifice 47artifice 47

 

 

lingere.jpg

 

mais cette idylle  soutenue par la paysannerie et les villageois , qui n'avaient de cesse que de favoriser les rencontres des deux tourtereaux , courrouça la Comtesse qui y mit fin en initiant l'entrée dans l'armée de son trés jeune fils  . Emmanuel voulut se faire pardonner son obéissance à sa mère en inscrivant plus tard  sa Belle au couvent de Viviers .

 

artifice 47

 

Il partit à l'armée à quatorze ans . Au début sous - lieutenant  de la garde du Roi au château de Versailles il devint capitaine au régiment royal de cavalerie du Piémont mais au fur et à mesure qu'il devenait proche de plusieurs leaders de " l'àge des lumières " il se détacha de l'armée et finit par la quitter .

Entrant alors dans le cercle des " nouveaux esprits " il rencontra en 1770  Jean Jacques Rousseau et entretint une trés proche relation intellectuelle avec lui qui dura jusqu'à la mort de l'écrivain . En 1776 il séjourna plusieurs mois à Ferney  chez Voltaire

Ferney 7

et s'éprit des idéaux démocratiques du " Patriarche ".

Il accompagna à Constantinople son oncle François Emmanuel Goignard Comte de Saint Priest et ambassadeur auprés de l'Empire Ottoman . En 1779 il entreprit son retour en France visitant Varsovie , Cracovie et Vienne .

Il fut nommé Député de la noblesse aux Etats généraux par la sénéchaussée de Villeneuve de Berg

Berg.

Bien qu'opposé à la création de l'Assemblée constituante il participa au Serment du jeu de paume et siègea à l'Assemblée . Il incita tout d'abord la noblesse à renoncer à ses privilèges en matière d'impôts et se prononca en faveur de la Déclaration des Droits de l'Homme .

      

     5 Mai 1789 ouverture des Etats - Généraux

 launay-comte.jpg

 Etats 4

Optant pour la Révolution il écrivit de nombreux pamphlets .
 

 Henry Vaschalde ècrivit  : " Un jeune noble ardéchois le Comte d'Antraigues avait compris qu'une lutte acharnée , sanglante , infinie allait éclater entre les oppresseurs et les opprimés et que l'heure de se délivrer du joug des rois , de la servitude des grands , de toutes les chaines de l'esclavage venait de sonner pour la nation française ."

 

Le Vivarais aux Etats Généraux en 1789

 

     L'Assemblée Générale des trois ordres ( Noblesse , Clergé , Tiers Etat ) du Vivarais s'est tenu à Privas le 17 Décembre 1789 , au son de la cloche et du tambour , à l'église des Recollets à 10 heures . En présence de monsieur Dayme Président de l'Assemblée d'Annonay , de Boissy d'Anglas secrétaire des trois ordres , monsieur Salme maire d'Aubenas . On a entendu " Il a paru en cette matinée de trés beaux écrits et l'on doit en particulier les plus beaux éloges à celui de Monsieur le Comte d'Antraigues l'un de nos compatriotes . Il développa Ies principes les plus lumineux sur notre constitution avec autant d'énergie que de noblesse ; son ouvrage précieux passera à la dernière postérité et s'il était besoin il rallumerait dans tous les temps le feu du patriotisme si celui ci pouvait jamais s'éteindre . "

 

 

 "The Third Estate is the People and the People is the foundation of the State; it is in fact the State itself... It is in the People that all national power resides and it is for the People that all states exist."[

En 1788, pénétré des doctrines en vogue (il a fréquenté Jean-Jacques Rousseau de 1770 jusqu'à la mort du philosophe en 1778, séjourné à Ferney en compagnie de Voltaire, fréquenté Chamfort, Laharpe, Mirabeau), il publie deux brochures dans lesquelles il se montre très favorable aux idées nouvelles et au Tiers-Etat, allant jusqu'à écrire que « La noblesse héréditaire est le plus grand fléau que Dieu, dans sa colère, ait répandu sur les humains. »

Pourtant, l'année suivante, c'est cette noblesse honnie qui l'envoie la représenter aux Etats-Généraux. Il s'y montre d'abord révolutionnaire modéré, votant la Déclaration des droits de l'homme, incitant son ordre à renoncer à ses privilèges et participant au Serment du jeu de Paume. Mais la journée du 5 octobre 1789, durant laquelle le peuple de Paris va chercher à Versailles le roi et sa famille, le fait basculer dans l'opposition au régime qui se met en place.

 

                  Mais les 5 et 6 Octobre 1789 Emmanuel de Launay assiste aux évènements suivants :

   Le Peuple de Paris affamé décide de se diriger sur Versailles pour réclamer du pain au roi ; le mouvement est initié par les femmes des halles ; la foule grossit ...

  Le roi  accepte de prendre des disposition pour que le peuple ait satisfaction ; la foule réclame alors que  la garde personnelle du roi soit remplacée par la Garde Nationale commandée par Lafayette ; le roi hésite et " prend la nuit pour réflèchir " ... aux aurores la foule vociférante envahit le château aprés en avoir abattu les portes ; les gardes qui essaient d'arrêter le peuple déchâiné sont égorgés ; la foule retourne ensuite dans la cour et réclame " l'autrichienne " . Lafayette averti des évènements accourt à Versailles et calme la foule en présentant la famille royale à un balcon et en annonçant qu'elle va rentrer immédiatement à Paris . Laversailles.jpg famille royale est projetée dans un carosse et  escortée jusqu'à la capitale par une marée humaine qui présente aux Capets sur des pics les têtes des gardes  .

  Louis xvi

les menaces les plus terribles envers la royauté et la noblesse sont criés , la foule par des gestes explicites sur le sort qu'elle souhaite aux " oppresseurs " exprime sa fureur .

A n'en pas douter Emmanuel qui n'a rien manqué des péripétie des deux journées va  tirer les conclusions évidentes sur l'avenir de la noblesse auquel il appartient . Cette journée du 5 Octobre le fait basculer dans l'opposition au régime qui se met en place .

 

  Aprés les évènements de Versailles il se joint au marquis de Favras dans un complot ayant pour but d'aider la famille royale à s'enfuir du palais des tuileries où le Peuple l'a confinée . Image associéeEn Décembre le marquis de Favras est arrêté et le Comte d'Antraigues dénoncé . Favras est excécuté en Février 1790

Favras; en s'exilant de France Emmanuel de Launay Comte d'Antraigues sauve sa vie et devient  un émigré .

Sa destination est Lausanne où il est rejoint par sa maitresse  Madame Saint-Huberty

 

Elle 7chanteuse d'opéra préférée de la reine Marie-Antoinette . Ils se marient secrétement le 29 Décembre 1790 régularisant une situation vielle de sept ans .. Là elle donne naissance à leur fils . dans la République de Venise

Venise 1

 

le Comte est  nommé attaché de l'embassade d'Espagne puis de la Légation de l'Empire de Russie .

 

 

                              Madame de Saint - Huberty

 

 Née le 12 Décembre 1756 à Strasbourg , Anne , Cécile , Antoinette Clavel

montra rapidement de grandes dispositions pour le chant lyrique . En 1774 elle épousa un chargé d'affaire du Prince Henri de Prusse le sieur Croisilles de Saint Huberty . Elle chanta au théâtre de la Cour à Berlin . Lassée des violences de son mari elle le quitta pour revenir à Paris où elle joua immédiatement de grands rôles . Elle succéda à Melles Levasseur et Laguine comme " premiére cantatrice " avec 8000 livres de traitement plus une pension à vie de 1500 livres . Elle devint une artiste de première grandeur sous le nom de scéne de Madame Saint - Huberty en ôtant le particule .

Elle se produisit dans toute la France ; à Marseille elle apparut sur une embarcation romaine entourée d'une multitude de barques occupées par des centaines de marins portant des habits aux couleurs de l'arc en ciel  et cela sous un feu d'artifice dont seuls Marseille et Versailles avaient le secret .

Elle devint le modèle préféré des portraitistes à la mode . Devenue riche elle acquit une superbe villa à Neuilly qui déjà n'était pas la cité des pauvres ...

A la veille de la Révolution elle vivait trés souvent dans une magnifique villa à Mendrisio .

Mendrisio

En 1790 devant l'agitation du peuple et des représentants de la cpitale française elle prit peur et rejoingnit Emmanuel de Launay son amant à Lausanne . Ils se marièrent secrétement le 29 Décembre régularisant une situation vieille de sept ans .

 

s-h-1.jpg

                                                        Anne dans le rôle de Didon

 

 

s-h-2.jpg

                                                                                       Gravure de A.Colinet

 

clavel.jpg

 

 

 

                  1792 L'incendie du château de La Bastide d'Antraigues

 

Sur la place de la Libération d'Antraigues , chaque jour ce brave Paul médite sur son banc restant ainsi des heures ... ne rentrant chez lui que la nuit tombée .

arsonist-1.jpg

La pensée du beau château de la Bastide occupe en permanence son esprit ...

Il revoit son trisaïeul Martinenc Mazade haranguant le 30 Mars 1792 la foule de deux cents excités vociférant , armés de fourches , de faux , de bêches et de pieux se dirigeant vers la belle demeure du Comte Emmanuel pour la détruire dans les flammes qui le consumment à son tour aujourd'hui .

et ce mot infâmant qui frappe dans sa tête :

incendiaire...incendiaire...incendiaire...incendiaire...incendiaire...

               incendiaire !!!

 

                Les ruines du château

 

En venant d'Antraigues par Aizac prenez le chemin de gauche 500 mètres avant le village de La Bastide sur Besorgues ...

 

de-launay-013.jpg

 Les ruines du château ont été rendues assez visibles voici quelques années ... mais des fils électrifiés en interdisent heureusement l'approche.

de-launay-016.jpg

 

de-launay-019.jpg

 

           

                    Antraigues la Belle n navire gréé pour l'Eternité sur un océan de châtaigniers " 

                                                                        Archives Henri Brun

 Des dames descendent le chemin ( maintenant une belle route ) qui mène au hameau du " Raccourci " de la commune d'Asperjoc .Résultat de recherche d'images pour "le chateau du comte d'antraigues"

 

                                   La tour de guet

 

 " Comme la proue d'un navire avançant au milieu de la houle des collines apparait le donjon d'Antraigues . On l'a déguisé en clocher mais c'est bien d'un donjon qu'il s'agit  "

 

clocher.jpg

 

En 1835 les fils Mazade ayant commencé à prélever les pierres supérieures de la tour pour les vendre comme pierres à bâtir l'abbé Veyradier curé d'Antraigues racheta  de ses deniers le " guet d'Antraigues " qui de nos jours doit bien se languir en faisant simplement office de clocher endormi ...

 

 

                        Blason d'Antraigues

blason.jpg

 Reconstitution de la Révolution sur la place d'Antraigues

                               Mai 2009

 Il faut noter l'improbable présence en ces temps d'émancipation du peuple  des deux prélats de l'église romaine bastion de l'intolérance intellectuelle .

launay-1.jpg

   Acteurs : Les Membres du " Cercle des Elèves et Professeurs retrouvés de Privas "  mis en scène par Jean - Paul Perrier                                           

manu.jpg

 

                                       La fontaine du " Pissou "

 

 En 1780 elle fut le premier point d'eau du village . Le Comte Emmanuel eut l'idée de faire capter au quartier des " Allevards " une des nombreuses sources où jusqu'alors les femmes allaient chercher leur eau avec grande peine et beaucoup de fatigue .

L'eau vint alors au village par un petit canal bâti puis dans des tuyaux de terre cuite .

canal-irrigation.jpg

      les villageois vinrent  prendre l'eau à  la fontaine du " Pissou " à l'entrée du village au lieu - dit du " Portail "

 

 

 
 
 
 
 
 
LE "PISSOU" D'ANTRAIGUES...

Il fut la première fontaine du village, en 1780. C'est le comte d'Antraigues, Emmanuel de LAUNAY, qui eut l'idée de faire capter aux ALLEVARDS, quartier d'Antraigues, une des nombreuses sources, la canaliser dans les tuyaux de terre cuite et l'amener au village.

Pour faciliter les travaux, les arbres furent abattus, des Allevards à Antraigues... Le "PISSOU" coule à l'entrée du village, au PORTAIL, dans une vasque maçonnée.

Mais il a fallu attendre 1930 pour que le village ait de l'eau sur l'évier dans chaque maison, et l'électricité !

Alors que l'eau est partout dans un village à nom d'eau !!

Même dans les prés, où souvent, les eaux minérales abondent.

Ainsi, au grand pré de la Veysseyre, où Joseph COSTE, vieux paysan, nous attendait chaque soir, sous son grand tilleul, quand nous revenions de l'école du FRAYSSE.

Nous entamions une longue conversation amicale et Joseph-Wilfrid disait : "Attendez, demoiselle, je vais vous offrir un verre d'eau de ma source, car ces galavars ont dû vous donner soif !" Et il revenait avec un verre transparent, où quelques paillettes rouges tournoyaient dans l'eau limpide, une eau ferrugineuse, vraiment fraîche et excellente.

Hélène Terrisse

 

 

 

 

 


de-launay-026.jpg

                                                                                                                        Le Pissou

 Le document ci - dessous , propriété de Jean de Volane , a été rédigé à Entraigues le 20 May 1774

 

pissou-1.jpg 

 " En vertu de l'ordonnance de Monseigneur l'intendant , il est demandé aux particuliers voisins qui ont des fonds le long du canal destiné à l'eau de la fontaine d'Entraigues prenant naissance au territoire du lieu des Allevards d'arracher tous les arbres de quel espèce et nature qu'ils soyent qui se trouveront à moins d'une toise de distance du canal dans toute sa longueur . "

 

    La place d'Entraigues jadis ...

 

place.jpg

 Ce document nous a été confié par Jean de Volane ainsi que les indications ci - aprés :

   Parcelle 672     l'hôtel - restaurant  actuel La Montagne

   Parcelle 639    l'Aquarium actuel

   Parcelle 652    l'église du temps passé

   Parcelle 651    le cimetière

     Le " Pissou " est contre la parcelle 673

     Nous pouvons penser que la parcelle 629 est la tour de guet devenue depuis le clocher de la nouvelle église

                                                   la parcelle 640  le château ?

Vers 1860 le château d'Antraigues et l'église médiévales furent démolis ; leurs pierres furent réutilisées pour la construction de la nouvelle église autour de la tour de guet heureusement conservée qui devint le clocher ; le financement de la batisse religieuse fut en partie assuré par un descendant de Martinenc Mazade l'incendiaire en chef du château de La Bastide ; ce bienfaiteur , Claude Mazade , avait épousé une riche héritière de la région bordelaise , laide " comme pas possible " ; cet antraiguois devenu riche par amour était l'ancétre de l'infortuné " Pauvre Paul sur son banc " ...

 

arsonist-1.jpg 

              Hommage de la municipalité à

 

                          Claude Mazade

 

                le rédempteur de sa famille ...

 

 

   Celui - ci connut la fortune en rencontrant à Bordeaux une riche héritière à qui la nature avait donné la seule vertu " d'étre bien brave "  ... son père désespérant de la marier offrit au petit fils de l'incendiaire sa richesse et celui - ci en fit profiter l'église d'Antraigues .

 

mazade.jpg

                                                                                                                        Photo Jean de la Volane

                                                M.MAZADE CLAUDE

                      NATIF D'ANTRAIGUES DEMEURANT A BORDEAUX

                     QUI A DONNE 6000 FRANCS POUR L'EGLISE

                     LA COMMUNE D'ANTRAIGUES RECONNAISSANTE

                                                      1876

 

 

Tout à côté du " Pissou " le sympathique  café- hôtel - restaurant " La Montagne " où le patron Jérome excelle à la cuisine ...

 montagne-2.jpg

Carte postale éditée par " Les amis de La Montagne "

 

manu.jpg
 

Un grand tournant dans la vie de De Launay fut son arrestation à Trieste par les français en 1797 , son emprisonnement et son interrogatoire à Milan par le Général Bonaparte commandant l'armèe française en Italie  puis son évasion . Cet épisode détruisit ses relations avec la Cour royale en exil et diminua de beaucoup et pour toujours sa réputation dans le milieu royaliste français .

 Cette affaire embrouillée tourna autour d'un document " trouvé " dans le portefeuille d' "Antraigues " quand il fut arrêté . Le contenu de ce document permit au Directoire d'entacher la cause des royalistes et de diminuer leur influence ; beaucoup de partisans des Bourbons pensérent que d'Antraigues avait délibéremment donné les renseignements à Bonaparte pour sauver sa vie et " s'échapper " ensuite , la " découverte des documents " étant imaginée pour donner le change .

D'Antraigues passa ensuite plusieurs années en Autriche où il travailla dans le renseignement pour plusieurs gouvernements européens . De 1802 à 1806 sa vie trouva une certaine stabilité  ; il obtint un emploi d'attaché à la légation Russe à la cour de Saxe à Dresde . Son travail principal fut d'envoyer des rapports par le canal diplomatique à Saint Pétesbourg tout en étant trés actif dans la propagande  ; en 1805 il publia un tract qui obtint un grand succés dans toute l'Europe anti - napoléonienne .

 D'Antraigues avait beaucoup d'ennemis russes mais aussi un trés puissant protecteur le Prince

                                                            Adam Jerzy Czartoryski

czarto.png

 un proche ami de l'empereur Alexandre 1er qui l'avait nommé Ministre des affaires étrangères . Czartoryski organisa le déménagement d'Antraigues vers Londres à l'été 1806 . Ce départ vers la capitale de l'Angleterre fut suggéré par d'Antraigues lui même qui craignait une nouvelle pression de Napoléon sur le gouvernement de Saxe pour l'expulser de Dresde .Malgré leur amitié les conceptions de la politique d'Alexandre et de son ministre des Affaires étrangères étaient trop différentes pour que celui -ci reste à son poste ; le comprenant Czartoryski prit soin de rapidement assurer le futur de ses protégés et notamment d'Antraigues ( les relations personnelles entre le Tsar et Czartoryski restérent toujours exrémement amicales ) .

Czartoryski organisa le départ d'Antraigues pour Londres en lui obtenant une importante pension russe mais sans que le français soit rattaché à la légation russe . En retour d'Antraigues devait continuer et accroitre sa propagande anti-napoléonienne et écrire chaque mois au gouvernement russe un mémorandum sur la situation en Angleterre .

 

 

 

 Sa vie à Londes de 1806 à 1812

 

                                                                    Barnes Terrace

barnes-terrace.jpg

                                                                    Sa résidence

terrace.jpg

 

Extrait du texte du Docteur Thomas Munch Petersen

 

        " D"Antraigues vécut une vie trés confortable à Londres . Il avait deux résidences dans la capitale : une maison dans le centre et trois étages à Barnes Terrace  . Il vécut dans la capitale de l'Empire britannique avec son épouse et leur seul enfant Jules né en 1792 . Il eut une vie sociale trés occupée et le cercle de ses nouvelles connaissances fut trés étendu et varié ; ainsi en Avril 1811 Jane Austen  écrivain majeur britannique du dix neuvième siècle jane-austen.jpgécrivit à sa soeur Cassandra qu'elle avait pris le thé chez les d'Antraigues et qu'elle avait trouvé le Comte trés agréable d'aspect et de manières ce qui était " stupéfiant chez un français " .

D'Antraigues était , politiquement du moins , en sécurité à Londres mais il était conscient que son rôle auprés des russes avait diminué ; il écrivit : " Le gouvernement russe m'a donné ce lieu pour retraite " mais il n'avait pas l'intention de se retirer " des affaires " .  Son déménagement à Londres lui donna l'opportunité de gagner une position d'influence avec le gouvernement britannique , il l'a saisi avec voracité .

A Dresde il avait de longues années fréquenté Henri Wynn ministre bruitannique affecté aux affaires saxonnes . Au début Wynn se méfia d'Antraigues qui ne lui semblait pas " franc du collier " . Il écrivit à Francis Jakson alors représentant britannique à Berlin que " D'Antraigues avait un caractère dangereux mais comme toutefois il était en trés bons termes avec le prince Czartorewsky qui lui donnait beaucoup d'informations il fallait l'utiliser le mieux possible en sachant qu'il était chez lui trés difficile de distinguer le vrai du faux " ; Wynn en disant cela dépeignait en fait tous les diplomates du monde ... mais D'Antraigues n'étant pas diplomate jouait sa propre carte  .

L'opinion de Wynn changea avec le temps et les circonstances ; en 1806 il écrivit à Lord Grenville Premier Ministre du gouvernement

" Ministry of all the talents "grenville-2.jpg que " d'Antraigues était un de ses plus intimes amis et qu'il souhaitait le lui présenter " . D'Antraigues établit alors de solides relations avec les principaux personnages politiques anglais ... et l'influence Russe sur Emmanuel laissa la place à l'influence britannique . Ce changement fut accéléré par la suppression de la pension russe au français alors que celle des britanniques passait de 600 à 1000 livres ...

                                               debt.jpeg              Estampe allègorique de James Gillray représentant William Pitt apportant des sacs d'or au roi George the Third

          une partie de ce précieux mètal servit-il à payer les services d'Emmanuel Comte d'Antraigues ?

 

 

    Whitehart le pub d'Emmanuel de Launay à Barnes Terrace

 

terrace-pub.jpg

 

 Version officielle de la mort du Comte Emmanuel de Launay

           par le Metropolitan Police Service de Londres

                     ancêtre de Scotland Yard

 

" Le matin du 22 Juillet 1812 d'Antraigues avait rendez - vous avec

 

      Lord Canning futur Premier Ministre de sa Majesté

 

Canning 3

aussi lui et son épouse se levèrent de bonne heure pour aller de leur appartement de Barnes Terrace à la City .

A sept heures leur domestique italien Lorenzo prit un poignard et un pistolet dans sa table de nuit , se dirigea vers le perron et à six pas de son maitre fit feu sur celui - ci  mais le manqua ; Lorenzo sauta alors sur Emmanuel et le poignarda * ; le Comte marcha  en titubant vers sa chambre qui donnait sur le palier ... Lorenzo poignarda  sa maitresse dans la poitrine ; celle - ci s'écroula frappée à mort . . Le meurtrier se précipita dans la chambre de son maître  le trouvant gisant sans vie sur le plancher . D'Antraigues gardait un poignard et quatre pistolets chargés dans sa table de nuit ; Lorenzo en prit un , le mit dans sa bouche et pressa la gachette . La mort fut instantanée . "

 * en 1812 les pistolets ne pouvaient faire feu qu'une seule fois .

  Mais  l'évenement resta des plus mystèrieux et l'opinion publique supposa que ce prétendu meurtrier avait reçu la mort en même temps que ses maîtres ...

            

              " Qui a assassiné le Comte d'Antraigues Holmes ??? "

             "    Elémentaire mon cher Watson c'est  ...  "

watson-2.jpg

             La pierre tombale d'Emmanuel de Launay et de son épouse au  cimetière de Barnes Terrace

 

Barnes cemetary

 

 

 

                                The old " Scotland Yard "

scotland-yard.jpg

     Mais " Scotland Yard " n'existait pas en 1812 car le service ne fut créé qu'en 1829  sans prendre pour autant officiellement ce nom célèbre que lui donnait pourtant le commun des mortels car on entrait dans le quartier général de la police par la rue nommée " Great Scotland Yard " en souvenir d'un grand bâtiment qui servait de pied à terre aux riches écossais . en 1880 à l'occasion du changement de local le service prit , officiellement  , le nom de " New Scotland Yard " .

scotland-yard-new.jpg

 mais il vient d'étre décidé que le " New Scotland Yard " déménagerait pour le quartier de " Victoria Embankment " pour prendre le nom cette fois définitivement officiel de " Scotland Yard " 

                                                God save the queen !!!

 

 

toi-10.jpg

 

 Emmanuel de Launay ne revint donc jamais sur ses terres ardéchoises ...

 

 Jules Pierre Antoine Emmanuel DE LAUNAY d'Antraigues

 

Il suivit pas à pas lestribulations de son pére jusqu'en Angleterre Il vécut à Londres et se retrouva orphelin à vingt ans . Il se maria et entra en France en 1816 . Repoussé par le roi il découvrit l'Ardéche ancestrale avec l'espoir d'y retrouver quelques possessions .

L'administration lui rendit quelques terres qui n'avaient pas été vendues ( par l'Etat ? ) ... Il s'aperçut que les belles pierres du château de la Bastide avaient été utilisées pour la construction de quelques maison alentour ... il put récupérer deux canons de parade qui ornèrent les portes de ce château . Les créanciers de son père ne tardant pas à se manifester Jules préféra partir pour la Cour de Naples où il espèrait retrouver l'estime qui fut autrefois portée aux siens . En 1817 sa demande de pension sera refusée et tous ses biens  hypothéqués . Son mobilier et sa bibliothèque seront vendus aux enchères . 

Il erra dans toute la France à la recherche d'une situation et finit pas se fixer à Dijon  dans le commerce du vin . L'arrivée de Louis Philippe ne lui fut pas plus favorable et paradoxalement ce fut grâce à Napoléon III qu'il arriva enfin à obtenir une petite pension de 1200francs par an . A Dijon il s'intéresse à la révolution industrielle mais ses projets jugés trop " britanniques " restérent sans concrétisation . Il rédigea en parfait bilingue un " dictionnaire des homophones anglais - français " mais il ne fut pas publié .

                         Il disparut dans la misère et fut le dernier Comte d'Antraigues .place-a.jpg

 

    

                                        LE COMTE D'ANTRAIGUES

 

Emmanuel, Jules, Henri, Alexandre de LAUNAY, comte d'Antraigues, est né à Montpellier le 25 Décembre 1753. Il était le fils aîné du comte Jules de Launay, 55 ans, et de Sophie GUIGNARD de St Priest, 17 ans, fille de l'intendant du Languedoc et soeur d'un ministre de Louis XVI.

 

Emmanuel de Launay grandit au château de la Bastide et eut des précepteurs, dont l'abbé MAYDIEU.

 

Il voyagea beaucoup, en Italie, en Suisse, où il rencontra son ami Jean-Jacques ROUSSEAU, en Egypte, d'où il ramena de riches brocarts et des momies... Fin lettré, il fréquenta à Paris des philosophes... Il écrivit en 1788 un fameux "Mémoire sur les Etats généraux, la manière de les convoquer, leurs droits", ouvrage qui eut un succès retentissant. Le Comte d'Antraigues restait fidèle à la monarchie, mais il prônait la monarchie constitutionnelle. Le Roi règne, mais ne gouverne pas... Emmanuel de Launay fut élu Représentant de la noblesse aux Etats généraux du 5 Mai 1789, les deux représentants du Tiers Etat étant François-Joseph GAMON, des Palets, et son beau-frère Claude GLEIZAL.

 

Mais les plus belles idées du Comte furent sans suite car Emmanuel de Launay, fidèle à sa caste, émigra en 1790, en Suisse, en Italie, en Prusse (Dresde), en Russie (St Pétersbourg), en Angleterre et il soutint les ennemis de la France.

 

Hélène Terrisse

 

Emmanuel de Launay

 

 

 

                       Santé ami(e)s de la Volane , à trés bientôt sur la place !!!   

               

                                                Jean - Paul

 

 

Fer b

    manu.jpgmanu.jpg

 

manu.jpg

 

 

 

              En ce temps là ...

 

artifice 46

 

 

A la fin du dix huitième siècle le pouvoir absolu du roi et de l'église romaine avait vécu et les idées des philosophes

 

 

Philosophes 

                                                   des parpaillots

 

Freedom a

 

                                            et des Camisards

 

 Camisards ty

 

finissaient par l'emporter ; un jeune noble de nos vallées de la Volane et de la Bezorgues épris des idées nouvelles se faisait élire aux Etats - Généraux et prêtait le Serment du Jeu de Paume ...

 

Paume

 

 

C'était Emmanuel de Launay le Comte des lumières

 

 artifice 21

 

                                                En ce temps là donc ...

 

  Le coche hebdomadaire et les quelques attelages des invités aux Châteaux d'Antraigues et de la Besorgues ne troublaient pas la quiétude des villages,

 

coche.jpg

 

les habitants allaient à la belle saison aux champs ,

 

paysans.jpg

 

 

et les étés ne se passaient pas à attendre les retraités pour leur vendre les produits du terroir provenant de Corée ou de Thaïlande . En ce temps là les antraiguois mangeaient des châtaignes , beaucoup de châtaignes et buvaient l'eau de la Volane et les Dimanches ainsi que les jours de fête un sympathique " petit rouge " pour accompagner un bon gigot .

 

coche-2.jpg.

Les gens du village vivaient au rythme des saisons et n'étaient pas plus proches du Roi qu'ils le sont maintenant du Président malgré le leurre de la télévision et des médias mais bien sûr il n'avait pas la République ... La " Coupe d'Aizac " était endormie depuis longtemps et les jeunesses allaient " farandolant " au bal ...

 

bal-1.jpg

 

 

et  le mois de Juillet était beau entre la Bastide et Antraigues , le chant des cigales occupant le silence des bois et des prés ...

 

aizac.jpg

 

 

    

 

Depuis bien avant le Moyen Age Antraigues sur son piton a eu ses seigneurs qui régnaient en maitres absolus sur les trois vallées de la Masélande Mas , de la Bise et de la Volane . Difficilement accessible par trois chemins venant de Vals , de Laviolle et de Genestelle le village n'avait pas à craindre les invasions ou les expéditions punitives dirigés contre leurs seigneurs qui  ne se privaient pas de faire des actes  de brigandage  dans toute la région pour se mettre ensuite en sécurité dans leur " nid d'aigle "

 

 

 

  • 13 votes. Moyenne 4.46 sur 5.