Cheylardois , collègien puis enseignant

 

                          Guy Segol

 

 

 

z-segol-1.jpg

 

 Pour lui la porte du Paradis ...

 

 w-2-1.jpg

 

  Je suis un collègien et j'aime le Bahut ; je me souviens de tous les instants que j'ai passés dans ses murs , j'ai pensé à lui tout au long de ma vie ... Mais depuis que Guy m'a raconté sa vie d'interne je sais que le vrai collège je ne l'ai pas connu ; je n'ai pas vécu les longues nuits d'hiver quand il gelait dans les dortoirs , je n'ai pas eu faim certains soirs quand la louche ne ramenait plus rien du fond de la marmite , je ne suis pas resté des Dimanches à errer dans les couloirs déserts , je n'ai pas regardé avec envie mes camarades externes sortir en fin d'aprés midi pour " faire l'Esplanade " ... Mais je n'ai pas non plus mis avec quelque fierté cachée chaque matin la blouse grise de l'interne , je n'ai jamais participé au casse - croûte " clandestin " hebdomadaire entre " panqus " , je n'ai pas " bûché " mes maths en groupe  dans la salle d'études , je ne suis jamais rentré avec envie à la maison aprés un mois d'absence pour serrer maman dans mes bras ...

Je n'ai rien connu de tout ça , je ne suis qu'un externe qui sait maintenant que la vraie vie du Collège commençait quand il en partait le soir .

       Alors Guy , toi qui fus pendant huit ans un habitant du Collège  , raconte moi encore ce que je n'ai pas vécu car tu sais que je l'aime beaucoup ton Collège ,  ton Bahut ...

                       Merci      un externe  

 

0-guy-college.jpg

                                              1948

                                 Les internes " Maths - Philo "

 segol-5.jpg

Luc Boissel , Guy Segol , Yves Audigier , Henri Goy , Robert Marijon , Paul Delolme , Lecoute .

                   Des dix internes entrés en 1941 trois seulement firent normalement leur cursus . Les quatre autres copains sur la photo arrivèrent en seconde ou première .

 

 

La vie au Collège de 1941 à 1948

 

Les Cinquièmes 1943

 0-coquelicot.jpg

   segol-3.jpg

Au grenier : Dancette , Dupré , De Montgros , Nercessian , Delolme , Segol , X , Ladreyt , Chaix

A l'étage : L'Hospice , Robert , Bénévise , Nury , Rougy , Souche , Roussillon , Teston , De Michaux

Rez de chaussée : X , Audigier , Monclar , Giraud , Léandri , Depras , Risson , Maisonneuve , Weiss , Bertagnolo

A la cave : Lieutard , Bébengut , Pichon , Lesbros , Sagi , Fressinet

Professeur : MM Cayré et Lacroux

  

segol-1.jpg

 Les Troisièmes 19450-glaieul.jpg

segol-7.jpg

0-glaieul.jpg Etage hirondelle : De Michaux , Souche , Lhospice , Segol , Delolme , Nercessian , Dupré , Roussillon , X

 Entre deux eaux : Audigier , Maisonneuve , Weiss , Coste , Monclar , Duffaud , Blacher , Robert , Nury , Rougy

En sous l'eau : Ladreyt , Melles Depas et Léandri , Melles Metey , Sagi et Giraud

Sur le sable : X , X , X ( on cherche les noms )

Surveillant général : Monsieur Maurice Royer

 

 

 

segol-2.jpg

 

 Les Secondes 19460-pensee.jpgsegol-6.jpg

 

Au perchoir : Rougy , Audigier , Robert , Roussillon , Monclar , Coste , Borne , Dumas , X , De Michaux , Conte , Souche

Au milieu : Maisonneuve , Nury , Bertagnolo , Dufaud , Rieu , Chambaud , Marijon , Lhospice , Oddou , Tselepoglou , Giorgi

Sur le banc : Segol , Delolme , Walter , Chaix , Gibert , Besengut , Sagi , Depras , Dupré , Dreys

                Professeurs : Messieurs Bastian ( Anglais ) et Lacoste ( lettres )

 

segol-4.jpg

 

 Les Premières 19470-violette.jpg

 

  0-segol-2.jpg

 

 Les Terminales 19480-rose.jpg0-rose.jpg

segol-8.jpg

 En haut :Delolme , Dupré , Segol , Audigier , Rampa , Grasset , Jaubert

Au mileu : H. Bonnet , F.Crouzet , Marijon , Goy , Lecomte , Boissel , Géorgi , A.Etienne , S.Chazalon , Y.Reinier

En bas : R.Jamagotchian , Y.Audouard , D.Cachard , A.Jacquier , S.Mouton , S.Joubert

 

 0-basket.jpg

 

 

 

L'épopée des " Castors juniors "

 

                                       " 46/47 !!!

segol-9.jpg

 

    Guy Segol , Robert Monclar , Yvon Michel

       Jean Robert , Henri Goy

 

Stade Paul Rascle Privas

 

 

            Finale de la coupe de l'ASPTT  

 

De gauche à droite les deux équipes finalistes , Le Puy et le Collège Classique

segol-11.jpg

 

A droite les " Castors juniors "

Guy Segol , Paul Delolme , André Veyssier , Leyris , Jean Robert , Pierre Dufaud , Henri Goy , Robert Monclar

" L'équipe junior du Collège ( les Castors ) aprés avoir battu deux grosses équipes seniors : Tain ( avec Sahy futur international ) et Crest se retrouve en finale contre l'équipe du Puy dans laquelle jouait le préfet de Haute Loire Edgard Pisani futur ministre du Général De Gaulle . Fatigués par les deux rencontres précédentes l'équipe du Bahut s'inclina logiquement .

Pour la petite histoire : Robert Monclar fit le pari d'aller toucher la barbe du Préfet , ce qu'il fit ... La main du futur capitaine del'équipe de France caressant la figure d'un futur ministre de la France qui l'aurait cru !!! "                                

                                                        1945/46

                                             L'équipe cadet

segol-12.jpg

               Paul Delolme , Robert Monclar , Guy Segol

                                       Jean Robert , Henri Goy

                          

 

De retour en 2004 au banquet des collègiens à Alissas

monclar-1.jpg

 Encercler ses trois copains n'est pas un problème pour le (trés ) grand Robert Monclar ...monclar-2-1.jpg

 Léquipe d'athlétisme au stade Dugradus à Aubenas

 

segol-10.jpg

 

 

segol-13.jpg

 

 Monsieur Jean Oisel , professeur

              des Sciences physiques ...

                                Dans sa mythique classe du " 14 "0-jean-oisel.jpg0-pioutou.jpgsegol-14.jpg

segol-15.jpg

segol-16.jpg

 

5 Juillet 1944 la bataille du Cheylard

 

 

0-le-cheylard.jpg

 

                     par Guy Segol , 16 ans , èlève du Collège classique

                                  Sa rédaction , intégralement reproduite ci - dessous , a obtenu le premier prix du Département de l'Ardéche en 1945 .

 

0-waffen.jpg

 

0-resistance.jpg

 

Dés le 6 Juin 1944 jour où les troupes alliées , forçant le barrage de la Manche , ont débarqué en France , de toutes les régions du pays surgissent des foyers de résistance qui se battent contre l'Allemand .

Ma petite ville , le Cheylard , fut dés le premier jour , un centre assez important de la Résistance . L'école publique où habitent mes parents abritait la nouvelle préfecture de l'Ardéche . Dans les châteaux voisins il y avait le Quartier Général et les Etats-majors ; dans les écoles , des infirmeries , des dortoirs avaient été aménagés . et même les hôtels étaient remplis d'officiers . Tout le monde était gai et aucun nuage ne semblait devoir assombrir cette joie que tous manifestait et pourtant ...

Le Mercredi 5 Juillet au matin deux avions passent , tournent , retournent sur la ville puis partent aussi rapidement qu'ils sont venus . Ma mère , sage et clairvoyante , me dit que cela pourrait bien ètre les signes précurseurs d'un orage . Moi , ces paroles me laissent daéns l'indifférence car j'ai une confiance absolue dans le " Maquis " .

Mais hélas ! Ce ne fut pas seulement l'annonce d'un orange mais d'un ouragan , d'un cyclone de fer et de feu qui devait plonger Le Cheylard dans la misére et la douleur .

De nouveau à midi les avions reviennent tournoyer au dessus de nos têtes . Nous allons , ma mère , mon petit prére et moi nous abriter sous des acacias derrière la maison .; moi j'y vais sans grande conviction . Soudain un bruit effrayant nous glace d'effroi : " tac , tac , tac , boum !!!! " les allemands , dans leur avion invulnérables , mitraillent et canonnent la bourgade . Alors , cette fois , j'ai compris et mon superbe optimisme de tout à l'heure s'est envolé comme par enchantement . Nous sommes environ quatre-vingt sous ces acacias , tous à plat ventre , faisant corps le plus possible avec le sol nous attendant à chaque instant a voir nos compagnons tués , broyés par les balles meurtrières . Et là-haut dans le ciel les avions continuent leur ronde infernale . Une heure se passe et les lugubres ronronnements se perdent dans le lointain . Vite nous prenons quelques effets , de l'argent et nous nous hâtons vers la maison de ma grand - mère qui a la chance d'avoir une cave voûtée ; nous craignons un retour possible des avions .

Ouf ! nous y voici, mais qu'est ceci ? Des ceépitements , des sifflements de balles se font entendre dans la montagne : " Les boches sont là il faut que les hommes partent... ". Voilà les paroles que crient les jeunes du maquis . Aussitôt mon pére prend son sac , nous embrasse fortement et part dans la montagne . Une demi - heure aprés nous le voyons revenir tout essouflé : " j'ai réfléchi , je ne veux pas vous laisser seuls ici , il faut que vous veniez avec moi " .  

Nous prenons fébrilement deux ou trois sacs et nous fuyons vers la montagne , sous le crépitement ininterrompu des armes automatiques . Partout les gens courraient affolés . Comme nous arrivions devant un abri , une cave d'un château , voilà de nouveau les avions qui reviennent ; nous nous précipitons dans l'abri qui était rempli de monde . Nous retrouvons là une colonie de petits marseillais , des amis de l'école . C'est deux heures de l'aprés midi . On devra rester dans l'abri pendant dix huit heures . Des soldats , des patriotes , partent vers la montagne , ce qui ne nous encourage pas . Et toujours on entend le crépitement des balles , le sifflement des obus , enfin une succession de bruits qui nous abat , nous démoralise , nous effraie . Papa , malgré les appels de maman et les miens sort devant la porte de l'abri avec deux autres instituteurs . Soudain nous les voyons lever tous les trois les bras en l'air et des mots étrangers quoique connus frappent nos oreilles ; les allemands sont là . Notre sort est entre leurs mainsou plutôt nous sommes à la merci de leurs mitrailettes . Enfin ils demandent s'il n'y a pas de terroristes dans l'abri , ils acceptent nos dénégations , nous disent de ne pas bouger . Mais ils emménent les trois hommes . Je crus alors que je ne verrai plus mon pauvre papa , maman aussi puisqu'elle s'évanouit .

Instants tragiques où je m'abandonnai à ma douleur et à mon désespoir ! Cinq minutes aprés la porte de l'abri s'ouvre et qui vois-je apparaître ? Mon père , mon cher papa vivant ! Il nous embrasse , je suis fou de joie , je pleure la tête appuyée sur l'épaule de mon pére . Vous ne pouvez pas savoir le choc que fait le retour d'un étre aimé qu'on a cru perdu à jamais .

Maintenant la nuit est venue , je monte dans une chambre du château . Oh ! Quelle vision horrible m'apparut à la fenêtre ! Le vieux quartier brûlait , des flammes immenses trouaient l'obscurité , crépitaient sinistrement . Et partout les balles sifflaient , lesmitraillettes allemandes installées dans les rues crépitaient sans arrêt . Dans la campagne la bataille se continuait et des éclairs illuminaient les champs . Des fusées éclairantes sillonnaient le ciel . Oh quelle nuitnuit affreuse ! quelle nuit abominable nous avons passée !

Le lendemain un soldat allemand nous dit que nous pouvions rentrer chez nous . Nous nous empressons de lui obéir . Nous sortons tout pâles , défaits , sales ; nous passons au milieu des barbares qui nous regardent dédaigneusement  . Là ils chargent un canon sur un camion ; là on soigne des blèssés . Enfin nous arrivons à l'école ; oh ! joie ! il n'y a rien eu et pourtant c'était la Préfecture . Nous enjambons des fils coupés , des voitures déteriorées , brisées , gisent le long de la route . Le ciel est bleu et pourtant il semble gris , tant la fumée des maisons qui brûlent est dense ; des corps affreusement mutilés sont allongés de chaque côté de la route . Les vandales sont passés par là !

Et pour comble d'ironie , la nature indifférente repose , sous un soleil ardent les oiseaux chantent .

Mon Dieu ! que l'humanité est mal faite ! que les hommes sont bêtes , insatiables et mèchants !

 

       Espèrons de tout notre coeur que le monde futur changera de morale et de mèthode . Puisse nos enfants et nos petits-enfants jouir enfin d'une paix tant attendue et méritée ...

                                 Guy Segol   

                                                   Le Collège , Privas  Octobre 1944 

 

0-vivre-en-paix.jpg

 

0-fleurs.jpg

 

Bahut suite :

    http://cercledeseleves.e-monsite.com/pages/mes-pages/like-a-bird-monsieur-oisel.html

9 votes. Moyenne 4.44 sur 5.